Aller au contenu
Accueil » Apprentissage : ce qui change pour les alternants en 2023

Apprentissage : ce qui change pour les alternants en 2023

Apprentissage: nouveautés 2023

Via L’ETUDIANT

Aides à l’embauche, formations sur Parcoursup, mobilité internationale, master… L’Etudiant fait le point sur ce qui change en 2023 pour les élèves et étudiants en apprentissage.

Vers le million d’apprentis ? C’est en tout cas le cap fixé par les pouvoirs publics qui consacrent beaucoup de moyens pour développer encore l’alternance à tous les niveaux de qualification.

Toujours plus de formations en apprentissage sur Parcoursup

Plus nombreuses chaque année, les formations en apprentissage sur Parcoursup attirent toujours davantage de candidats. En 2022, plus de 215.000 jeunes avaient ainsi confirmé un vœu pour l’une des 7.500 formations en apprentissage proposées sur la plateforme d’orientation post-bac. Ils sont plus de 42.000 à avoir eu au moins une proposition d’admission en apprentissage et 33.500 ont accepté une proposition de formation en apprentissage.

Pourtant, le nombre de contrats conclus via Parcoursup est inférieur à la réalité des admissions en apprentissage. Pour la session 2023, la plateforme va donc poursuivre l’intégration de formations en apprentissage éligibles à Parcoursup.

Des aides à l’embauche d’alternants révisées

Des aides exceptionnelles généreuses aux entreprises pour l’embauche d’alternants ont été mises en place durant la crise sanitaire du Covid-19. Un coût important pour les finances publiques qui dépasse les cinq milliards d’euros par an selon la Cour des comptes.

Le financement des contrats d’apprentissage revient également très cher. Au total, l’apprentissage coûte plus de 11 milliards d’euros à l’Etat.

En 2023, les aides à l’embauche d’alternants et les niveaux de prise en charge des formations sont donc revus pour proposer un montant unique de 6.000 euros pour l’embauche d’un alternant. L’objectif : aboutir à un budget soutenable financièrement sans briser l’élan du développement de l’apprentissage. Emmanuel Macron, a, par ailleurs, annoncé la prolongation de cette aide jusqu’à la fin du quinquennat en 2027.

Plus d’argent pour la mobilité internationale des apprentis

Depuis 1995, les apprentis peuvent eux aussi effectuer en théorie une mobilité en Europe (Erasmus+) dans le cadre de leurs études au même titre que les étudiants. En pratique, les freins juridiques et administratifs les empêchent de partir en mobilité longue (plus de trois mois).

Pour lever une partie de ces freins, le gouvernement investit 17 millions d’euros sur quatre ans dans le projet Mon apprentissage en Europe (Mona) porté par l’association Euro App Mobility. Le but ? Faire partir 10.000 apprentis en mobilité longue.

Un nouvel outil pour postuler à un master en apprentissage

En 2023, les étudiants ayant validé une licence pourront formuler des vœux pour entrer en première année de master en apprentissage sur une plateforme de candidature unique en masterIls pourront déposer leurs candidatures en mars 2023. Elles seront examinées de début avril à mi-juin et les candidats seront informés des réponses données à leurs dossiers à partir de la mi-juin.

Pour les formations dispensées en alternance, les résultats seront connus de manière anticipée en avril afin de permettre aux étudiants de commencer plus tôt leur recherche de contrat de travail en alternance.

Pour plus d’informations, contactez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Cette image est protégée